Traduction et théâtre

 

Mercredi 21 février 2018, de 14h à 17h

ULiège, Salle de l'Horloge, Place du 20-Août 7-9, 4000 Liège

Séance en anglais 

 

 

Les spectacles plurilingues et interculturels, actuellement en pleine expansion, soulèvent des enjeux politiques que nous aborderons avec Sirkku Aaltonen, spécialiste du théâtre dans les sociétés et communautés diglossiques, et Marie Nadia Karsky dont les recherches portent sur théâtre, pouvoir et traduction. 

 

  Séance en partenariat avec le CEREG et avec le Théâtre de Liège

Répondante: Nancy Delhalle (ULiège, UR Traverses, directrice du CERTES)

 


Sirkku Aaltonen

Code-choice and Translation in Identity Construction on Stage

s200-sirkku-aaltonen-uwasa-fi orig

 

A collective identity, imagined and largely built on myths and detached from reality, may be made manifest in language. Language does not stand alone but is related to social, political and historical factors. Diglossic communities are an interesting object of study as in them, there exists usually one highly valued variety and another which is regarded as an inferior, often a spoken variety. These two varieties exist side by side although not necessarily geopolitically in the same nation state. Contemporary examples include linguistic diglossia in Quebec, Arabic-speaking countries, Finland, Scotland, Catalonia and the Basque country in Spain and Norway, just to name some.

 

Language in a staged performance has, for long, been recognized as only one element of many. It has been recognised to be linguistically stylised, but, still in some cases blamed for the lack of accuracy and authenticity. 

 

My presentation focuses on the choice and reception of performed language in diglossic communities, in which the choice is related to social (in)equality and a claim for recognition. I shall explore three different situations where in one, the perceived “low” variety was rejected (Finland), in another it was accepted (Scotland) and a third one where the border line follows the type of drama (Egypt). My findings are still tentative as the presentation forms part of an ongoing larger situational in-depth study. All comments are therefore welcomed and greatly appreciated.

 

Biographie

 

Sirkku Aaltonen has studied theatre translation from different perspectives, such as foreignization or domestication of the dramaturgy, differences between the readings of the text by the director, translator of a literal version and the stage version, theatre as a high context environment, translation as performance with respect to human & non-human agents, reading/constructing historiography of theatre events. At present, she is working on the social and ideological implications of the choice of language in diglossic societies.

 

(2016) Rewriting Narratives in Egyptian Theatre: Translation, Performance, Politics. Edited with Professor Areeg Ibrahim. London &New York: Routledge, in Series of Advanced Performance Studies.

(2015) (Editor with Kristiina Abdallah and Nestori Siponkoski), Käännetyt maailmat. Johdatus käntämiseen, kääntäjän työhön ja niden tutkimukseen. (Translated world. Introduction to translating, translators’ work and research). Helsinki, Finland: Gaudeamus.

(2010) (Editor). Matkalippu mailmalle. (ticket to the world). Like. Helsinki. (Compilation of articles by translators of Finnish drama into other languages)

(2000) Time -sharing on stage. Drama translation in theatre and society. Multilingual Matters Ltd. Clevedon. Philadelphia. Adelaide.

 


Marie Nadia Karsky

 

Traduire, adapter, tradapter ? L’exemple du Misanthrope de Molière sur la scène britannique contemporaine.

 

Le texte de théâtre s’inscrit dans une pluralité sémiotique, dont la traduction a pour tâche de transmettre les caractéristiques multiples dans un contexte culturel et linguistique différent. Or une des dimensions exigées du texte de théâtre et de sa traduction est de « passer la rampe ». Cette notion n’est souvent pas définie mais semble rester subjective, son emploi abusif a été critiqué par Susan Bassnett. Pour autant, l’idée qu’un texte dramatique doive « passer la rampe » est-elle dénuée de fondements objectifs ? Patrice Pavis a élaboré l’idée du « verbo-corps », lien potentiel entre le mot prononcé et le corps de l’acteur. Le traducteur se donne alors pour but de le faire renaître dans sa traduction par une écoute attentive de la richesse stylistique et rythmique du texte de départ.

 

À la traduction se rajoutent inévitablement des éléments d’adaptation, et souvent, au théâtre, l’adaptation remplace la traduction. En quoi traduction et adaptation se distinguent-elles alors ? On creusera les similitudes et les différences entre les deux termes en présentant diverses versions anglaises du Misanthrope de Molière, pièce régulièrement traduite et adaptée pour la scène britannique depuis 1945. On en étudiera certains passages à la lumière du « verbo-corps » développé par Pavis, en mettant l’accent notamment sur l’alexandrin rimé et la manière dont il est rendu dans un système prosodique différent.

 

Biographie

 

Marie Nadia Karsky est Maître de Conférences au Département d'Etudes des Pays Anglophones de l'Université Paris 8. Elle enseigne la théorie et la pratique de la traduction, et travaille sur la traduction théâtrale, en particulier Molière traduit en anglais. Elle a récemment co-dirigé Traduire le théâtre. Une communauté d’expérience (Presses Universitaires de Vincennes, collection Théâtres du monde) avec Céline Frigau Manning. Elle a dirigé le numéro Traduire le rythme de la revue Palimpsestes (n° 27, 2014). Elle a traduit, en collaboration avec sa collègue Claire Larsonneur, Playhouse Creatures de April de Angelis pour les Presses Universitaires du Mirail.

 

Traduire-le-theatre Karsky